Pompéi, son histoire et son architecture

Afin d’avoir des informations par rapport à l’histoire et à la ville de Pompéi, je me suis rendue sur le site de l’Encyclopaedia Universalis. J’ai pensé que ce site pouvait me fournir de bonnes informations globales sur le sujet, de source fiable et clairement exposées. Ce site est en effet renommé pour sa qualité et sa sureté, notamment en comparaison avec des sites tel Wikipaedia qui laissent parfois à désirer en matière d’information.

L’article dont j’ai pris connaissance s’intitule sobrement « Pompéi », et est signé de Ranuccio Bianchi Bandinelli, professeur émérite de l’Université de Rome. Il présente un aperçu de la ville antique, de l’architecture, de la décoration et des objets d’arts.

Pour ma part, j’ai décidé de me concentrer sur l’expansion de la ville de Pompéi, et sur son architecture.

Pompéi est située actuellement à environ 25km au Sud-Est de Naples. La ville antique fut ensevelie en 79 après Jésus Christ suite à une éruption du Vésuve, à un moment où le commerce et les arts étaient en pleine effusion. Cependant, Pompéi a existé bien avant l’éruption du Vésuve, car la première fondation remonte au VIIème siècle avant Jésus Christ et serait le fait des Osques. C’est au VIème siècle cependant que le plan de Pompéi se régularise, à un moment où la cité est en lien avec les étrusques. Le temple d’Apollon daterait de cette période. La ville fut agrandie une troisième fois au Vème siècle av. JC, et elle passe d’environ 7,5ha à une soixantaine. Pompéi se partageait alors entre habitations et terrains potagers ou cultivés. Le grand développement urbanistique aurait eu lieu quant à lui au IIIème siècle, sous influence samnite. En 62 après JC, un tremblement de terre fit s’écrouler des constructions dans la ville. Certaines eurent le temps d’être reconstruites, mais les travaux ne prirent jamais fin, l’éruption du Vésuve recouvrant la ville une dizaine d’années plus tard.

Pour ce qui est de l’architecture dans la ville, il est possible de dégager plusieurs types de bâtiments. Dans son article, R. Bianchi Bandinelli aborde trois grandes classes de constructions: les édifices publiques, les maisons particulières et les villas.

Pour ce qui est des édifices publics, l’auteur cite plusieurs élévations situés sur le forum à l’ouest de la ville. Il cite le temple d’Apollon, le Capitolium (temple des divinités capitolines), le Comitium (lieu de l’élection des magistrats), le bâtiment pour les édiles, la tribune des discours publics, la basilique pour l’administration de la justice, et des marchés. Au sud de la ville devait se trouver une autre zone de concentration de monuments appelée le « forum triangulaire ». D’autres temples, des thermes, ainsi que des édifices consacrés aux jeux étaient aussi présents dans la ville. Nous pouvons ainsi citer les thermes de Stabies, ornées de stucs et de peintures.

Les maisons particulières, construites en calcaire local ou plus tard en pierre tufière ou en brique, semblaient quant à elles avoir un plan assez stéréotypé, dès l’époque des samnites. Nous accédons à un atrium (grande pièce rectangulaire) par un couloir. En son centre était disposé un bassin recueillant l’eau de pluie qui menait ensuite à une citerne. Le toit de la maison était soutenu par des poutres ou des pilastres. Par les deux côtés les plus longs de cette pièce centrale, on accédait aux chambres. La pièce en face de l’entrée était le tablinum et constituait un espace commun familial. Deux pièces étaient aussi réservées au culte des ancêtres et à la conservation des archives familiales. Un potager et un jardin étaient aussi associés à ces maisons particulières. Des cuisines, salles de bain, et des appartements s’ajoutaient autour de cette base architecturale. Plus tardivement, des pièces furent rajoutées à l’étage. Comme exemple de ce type de maison, nous pouvons citer la célèbre maison du faune.

Pour finir, l’auteur évoque donc les villas. Il est possible d’avoir un aperçu de ce type de construction à travers l’article sur ce même blog consacré à la Villa Fannius Synistor (catégorie architecture).  Ces villas sont des demeures à fonction résidentielle, mais aussi « rustiques », dans le sens où elles sont tournées vers la gestion d’un patrimoine agricole. La description de l’article se concentre sur d’autres exemples de villas, comme la Villa des Mystères, sans donner de précision par rapport à une architecture globale de ces édifices. Je vous renvoie donc à l’article cité ci-dessus afin de concevoir une vision plus précise du sujet.
L’article de Ranuccio Bianchi Bandinelli m’a donc renseignée de façon globale sur la fondation et les différents types d’architecture présents dans la ville de Pompéi. Le texte est clair, et répond bien aux attentes d’un lecteur curieux d’en savoir plus à propos de cette cité. Cependant, je pourrais regretter pour ma part que l’auteur se soit fixé quasiment exclusivement sur les périodes les plus récentes de la ville, à travers sa présentation historique ainsi qu’à travers les bâtiments qu’il a choisit de décrire. Les périodes anciennes restent assez floues, et laissent le lecteur sur sa faim.

Iris

Publicités
Cet article, publié dans Architecture, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s