La maison du Faune

Voici un petit article sur la maison du faune. Mais avant de commencer je voudrai vous montrer à quoi ressemblait une partie de la maison du faune. Il s’agit de l’atrium.  Ainsi que reconstitution 3D de toute la maison :

reconstituion 3D de la maison du faune

Selon l’encyclopédie libre wikipedia : sa construction date de la période samnite  c’est-à-dire vers le V e siècle av.J-C. Mais des transformation on eut lieu au II e siècle av. J-C. Sa célébrité et son nom sont essentiellement liés à la petite sculpture en bronze retrouvée ici, représentant un « Faune dansant ».

le faune dansant

Cette maison fut découverte en 1830. Elle fut entièrement déblayée durant deux années. Cette maison est une des plus grandes, et, surtout pour les mosaïques, la plus richement décorée de toutes celles de Pompéi, avec une superficie de quelque 3000 mètres carrés. Construite à l’époque samnite (IIIè, IIè siècle av. J.-C.), elle fut rénovée deux fois au IIè siècle av. J.-C. De plus, les quantité d’amphores trouvées et les emblèmes bachiques, semblent indiquer que son propriétaire faisait un important commerce de vins. « Le décor de la demeure dans son ensemble constitue un bel exemple de ce que l’on appelle le premier style pompéien et son architecture réalise la fusion harmonieuse des modèles de palais hellénistiques et de la domus traditionnelle romaine. Sur le sol entre le vestibule et l’atrium se trouve une mosaïque représentant des guirlandes de fruits et deux masques tragiques. c’est la première représentation d’un thèmatique dionysiaque. Cette frise est actuellement dans un musée.

la mosaïque avec des guirlandes de fruits et des masques

L’une des chambres possèdait un pavement en mosaïque avec un emblema en opus vermiculatum (technique de mosaïque antique qui forme des lignes sinueuses, propres au dessin figuratif, il en va de même pour la mosaïque précédente) illustrant la rencontre érotique d’un satyre et d’une nymphe, figures traditionnelles du cortège dionysiaque.

scène de la nymphe et du satyre

Les alae (ce sont les pièces ouvertes qui faisaient rentrer la lumière puis leur rôle est devenue obsolète) du tablinum (large salle de réception)donnaient à voir aussi des emblemata insérés dans un pavement de marbre. La plupart représente des scènes de la vie quotidienne comme par exemple le chat et la perdrix et les canards : le chat saisissant une perdrix et des canards du nil

La mosaïque la plus célèbre est celle représentant « un Combat entre les Grecs et les Perses, et dans laquelle l’opinion la plus générale est qu’on doit voir la Bataille d’Arbelles ou celle d’Issos entre Alexandre et Darius. Cette mosaïque, le plus précieux monument en ce genre qui nous soit resté de l’antiquité, est large de 5m 40 et haute de 2m 80, sans la frise blanche qui l’entoure. On y compte 26 guerriers et 15 chevaux » (extrait de www.mediterranees.net).  Elle se trouve dans l’axe du tablinum et de l’atrium. Elle fut découverte le 24 octobre 1831.

reconstitution 3D du lieu de la mosaïque

la mosaïque de la bataille d'Alexandre

M.S

Advertisements
Cet article, publié dans Les lieux d'habitations, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s