Les thermes de Stabies

Bonjour voici un article sur les thermes de stabies. Je me servirais de quatre sites pour rédiger mon article. En premier lieu de l’encyclopédie libre wikipédia, puis des sites suivants : http://www.guidesvoyages.be/pompei/thermess.htm; http://groupejarc.pagesperso-orange.fr/chassenon/thermes.htm,http://www.telefonica.me.uk/thermes.htm.

Ce complexe thermal doit son nom à la voie de Stabies. Il a été découvert en 1853 et en 1858 par Michele Ruggero. Ce complexe occupe une vaste zone comprise entre la rue de l’Abondance et la rue de Stabiae. Il s’agit du complexe le plus ancien de Pompéi. Mais les thermes de Stabies ont reçus des visites clandestines dans les années qui ont suivi l’éruption du Vésuve (79 ap. J-C.) et beaucoup de statues et d’ustensiles ont été dérobés.

Avant de commencer de manière plus approfondis la description de ces thermes je vous montre tout d’abord un plan de ce complexe pour vous permettre de mieux vous y retrouver :

plan des thermes de Stabies

L’entrée se trouve au niveau de la rue de l’Abondance. De là on pénètre dans la cour, entourée de portiques à colonnes sur trois côtés.

la cour

Voici un lien qui vous permet d’observer la cour entièrement (cliquer sur le terme « lien » pour y accéder).  Ce large espace trapézoïdal servait de palestre (lieu public destiné à l’entrainement physique). Mais a l’origine il y avait plusieurs entrées. Celles-ci sont devenues inutilisable après le tremblement de terre de 62 ap. J-C. . Elles seront rebouchées. « Les entrées étaient construites en opus quadratum fait de tuf gris de Nocera ».

Les thermes proprement dites sont à l’est. Il y a la présence d’une division très marquée entre la zone réservée aux hommes et la zone réservée aux femmes. Toutes les deux sont organisées de la même manière, mais la section féminine est plus simple dans la décoration et plus dépouillée. Il n’y a aucunes communications entre ces deux parties. Au centre des deux zones se trouvait le praefurnium qui servait de chauffage. L’entrée pour les hommes se trouvait  à l’angle sud-est du portique. « Par un passage voûté en berceau, décoré de stucs colorés et ornés de médaillons avec des personnages, on passe dans l’apodyterium (vestiaire) dont la voûte est couverte de stucs » et où des caissons octogonaux servaient à ranger les vêtements.

l'apodyterium

Vue d'une partie du vestiaire et du l'apodyterium

A gauche des vestiaires on peut accéder au frigidarium. Il s’agit d’une pièce circulaire recouverte d’une coupole peinte en bleu représentant un ciel étoilé.  La plupart du temps dans un frigidarium la coupole est richement décorée. Cette pièce renferme un ou plusieurs bassins d’eau froide.

Le frigidarium

En face des vestiaires on accéde  au tepidarium (bains d’eau tiède), en suivant le même axe on accéde au calidarium (bains d’eau chaude). Le « pavement (de ces deux pièces) est surélévé et s’appuie sur des suspensurae tandis qu’un espace a été aménagé entre la double paroi du mur » afin que l’air chaud circule librement. Dans la piéce du calidarium se trouve à gauche un labrum (l’eau fraîche dans une grande vasque)et à droite un alveum ou un alveus (Bain d’eau chaude, construit dans le plancher d’une salle de bain, à l’extrémité opposée de celle qui contenait le labrum et au fond se trouvait un degré qui servait de siège pour le baigneur quand il était entré dans l’eau) qui est séparé par un mur du calidarium et du labrum. Dans la section pour les femmes les pièces se succèdent de la même façon mais il n’y a pas de d’alveum et de labrum.

Au centre du flanc ouest, une piscine (natatio) est présente dans le palestre.

Le natatio

Pour finir des boutiques étaient présente à l’ouest du complexe.

M.S



Advertisements
Cet article, publié dans les bâtiments publics, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.